Identification des déchets (2005)

Au vu des volumes et de la diversité des déchets en présence, de leur dangerosité et de leurs conditions de stockage, avant la réalisation des opérations d’évacuation des déchets, une identification des déchets s’avérait indispensable.

Ainsi, pour réaliser cette opération, l’ADEME a sélectionné un prestataire, LABO SERVICES, spécialisé dans la gestion des déchets.

Le montant de la prestation s’est établi à 84 095,54 € TTC.

Caractérisation et inventaire des déchets


Cuves QH31 et 32Les prestations d’inventaires sur le site ont été conduites en février et mars 2005. 220 échantillons de déchets ont été prélevés et caractérisés et le volume global des déchets présents a été estimé à 1880 m3.

Afin de garder en mémoire cette identification, sur chaque contenant (ou lot de contenants) un marquage persistant dans le temps a été mis en place.

 

Base de données de référence :


L’identification et le marquage réalisés, il faut assurer une bonne traçabilité et exploiter les données acquises. Dans cet objectif une base des données de références a été constituée d’avril à juin 2005. Cette base de données est composée d’une part de 545 fiches décrivant les déchets recensés et de tableaux informatiques regroupant pour chaque déchet les informations relatives à différents paramètres :

  • son identification (numéro de référence, localisation sur le site, référence des analyses exécutées…) ;
  • la nature du conditionnement (citerne, cuve, fût isolé, lot de fûts, Produits chimiques de Laboratoire [PCL]…)
  • Le déchet présent (nature, volume…) ;
  • les estimations de 3 éléments de coûts : coûts de transport et traitement, coûts de reconditionnement, coûts de stockage en sécurité sur le site (ces éléments de coût ont été appréciés en tenant compte des filières adaptées à la nature des déchets et en privilégiant la sécurité des transports [absence de mélange de déchets].

fiches Labo service

 

Caractérisation du risque que représente chaque déchet :


Sur la base de ces informations, une grille de notation des renseignements recueillis lors de l’inventaire a été définie pour chaque paramètre. Ces notes par paramètre sont ensuite exploitées dans un algorithme pour le calcul d’une « note de risque » globale, établie en respectant les paramètres majeurs de l’approche du risque dans le domaine des sites et sols pollués :

  • qualification du danger que représente chaque source : c’est à dire quel est le risque, la dangerosité que représente chaque déchet répertorié [caractéristique inhérente au produit, notamment sa toxicité] ;
  • qualification de la sensibilité des cibles identifiées. Le terme cible regroupe les milieux, tels que la Nièvre ou la station ECOPREM [aujourd’hui station TEN] par exemple, ainsi que les riverains, c’est-à-dire tout ce qui peut être impacté par la pollution ;
  • qualification des possibilités de transfert entre chaque source et chaque cible.

finition des conditions de mise en sécurité des déchets


Sur la base de ces notes de risques et des constats de terrain, des scénarii de regroupement des déchets par classe [catégorie] ont été réalisés. Cela a été conduit en concertation avec la DRIRE [aujourd’hui DREAL]. L’objectif était de définir différentes options de mise en sécurité pour chaque produit référencé :

  • l’évacuation et le traitement, dans les meilleurs délais, des déchets dont le niveau de risque est incompatible avec leur maintien sur le site ;
  • le maintien sur site dans des conditions de stockage [et de reconditionnement] garantissant la sécurité, des déchets dont le niveau de risque le permet, pour une élimination ultérieure [le temps de mener les études complémentaires et recueillir les budgets nécessaires].

Toutes les opérations menées par la suite ainsi que leurs programmations ont été menées en s’appuyant sur ce travail.

Rapport final de présentation de la démarche de caractérisation/classification des déchets