Évacuation des déchets : phase 2

A la suite de la phase d’identification, il a été décidé de procéder à l’évacuation des déchets présentant une notation du risque supérieur à 5/10. Il s’agit de deux catégories : les produits chimiques de laboratoire et les déchets stockés sur une parcelle située entre la gare de Prémery et la Société ECOPREM.

 

Évacuation des produits chimiques de laboratoire (PCL) :


L’ADEME a consulté, en juin 2006, 4 entreprises spécialisées dans ce type de prestation (SERPOL, SIRA, Labo-Services et MSE). Labo-Services et MSE ont transmis une réponse, l’offre de Labo-Services a été retenue pour un montant de 29 505,32 € TTC.

Les travaux ont démarré le 11 septembre et se sont achevés le 15 septembre 2006.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA6 lieux d’entreposage étaient concernés sur le site Lambiotte. Sur chaque zone d’entreposage, les PCL ont été triés en 6 catégories (liquides organiques ou minéraux, solides organiques ou minéraux, solides minéraux soufrés, liquides minéraux avec métaux lourds, produits réactifs [hydroréactifs par exemple].

Phase 2 - PCL aprèsAprès tri, les PCL étaient reconditionnés avec de la vermiculite [minéral naturel, possédant des propriétés absorbantes et isolantes] soit en seaux de 30 l, soit en fûts de 200 l, soit en sécuribac. Ils étaient ensuite stockés sur site en attente de leur évacuation vers le centre de traitement.

En fin d’intervention, les produits reconditionnés ont été mis sur palettes [14], filmés et évacués au centre de traitement collectif.

La quantité de produits prise en charge par Labo-Services [Gennevilliers] est de 4,189 tonnes.

À l’occasion de l’évacuation de ces PCL, 5 flacons partiellement remplis de produits radioactifs [Nitrate et Acétate d’Uranyl] ont été découverts [contenance totale des flaconnages pleins 300 g]. Labo-Services a procédé à la mise en sécurité de ces flacons [isolement, signalétique et matérialisation d’un périmètre de sécurité] dans les locaux de l’ancien laboratoire du site Lambiotte.

Le 14 septembre 2006, l’ADEME a pris contact avec l’ANDRA afin de faire procéder à l’évacuation de ces produits. Le 28 septembre 2006, l’ANDRA informait l’ADEME de son accord préalable pour la prise en charge de ces produits à titre gratuit. Le 2 octobre 2006, une demande d’enlèvement était alors envoyée à l’IRSN.

Début décembre 2006, la Société EM2S, prestataire de l’IRSN pour la collecte des produits radioactifs, informait l’ADEME d’une collecte possible dans la première quinzaine de janvier 2007. Toutefois, cette évacuation n’a pu être réalisée dans ces conditions, elle l’a été en 2009 lors de la phase suivante [phase 3] d’évacuation de déchets du site.

 

Évacuation des déchets constituant le « stock gare » :


phase 4 - Stock GarePour l’évacuation des déchets stockés entre la gare et Collectoil [le « stock gare »], l’ADEME a organisé une consultation ouverte d’entreprises. 15 entreprises ont demandé le dossier de consultation, 4 ont transmis une offre [TRIADIS, GRS VALTECH, MSE et Labo-Services]. L’offre de Triadis Services [appartenant au groupe Séché Eco Industrie] a été retenue.

Le chantier sur site a démarré le 15 janvier 2007, il s’est achevé le 26 février 2007 avec le nettoyage de la plate-forme goudronnée. Après nettoyage du puisard recueillant les eaux de ruissellement du site, aucune canalisation d’évacuation des eaux n’a été trouvée. Le curage prévu n’a pas été exécuté. Pour des questions de disponibilités des moyens du prestataire, l’enlèvement des emballages souillés valorisables s’est poursuivi jusqu’au 19 juin 2007.

bilan quantitatif de l'évacuation des déchets

bilan quantitatif de l’évacuation des déchets

L’ensemble des déchets a été traité en centres collectifs.

L’exécution des prestations sur le site a été perturbée :

  • par les conditions météorologiques [neige, froid, pluie] qui ont entraîné une augmentation de sa durée [3 jours d’interruption] ;
  • par l’arrêt technique de la principale filière de traitement prévue [arrêt de 15 jours de TREDI Salaise] qui a nécessité l’organisation d’une solution alternative de traitement [2 jours d’interruption].

La neige et la pluie ont également entraîné l’augmentation des quantités de déchets à traiter en transformant certains déchets solides exposés aux intempéries en boues chargées en eau et en rendant nécessaire la récupération des eaux de ruissellement souillées de la plate-forme goudronnée.

Au total 356,7 tonnes de déchets ont été évacuées. L’estimation initiale était de 229,1 tonnes.

Les catégories de déchets dont les quantités ont le plus varié sont celles qui ont été le plus sensibles aux conséquences des intempéries :

  • augmentation des quantités de boues organiques, non chlorées, et des eaux souillées ;
  • réduction des quantités de solides organiques non chlorés.

Certains déchets n’avaient pas été identifiés lors de l’inventaire [bases organiques solides]. Pour d’autres [emballages souillés valorisables], la décision d’évacuation et de traitement a été prise lors des réunions de chantier, par mesure de sécurité.

Certains déchets, dont la présence avait pu être soupçonnée n’ont pas été identifiés lors du chantier.

La quantité totale de déchets évacuée et traitée est en augmentation de 55,7 % par rapport à la quantité prévisionnelle. Un avenant et un marché complémentaire ont donc été nécessaires.

L’élimination des déchets a été réalisée par 3 unités de traitement collectives :

  • TREDI Salaise [38] par incinération avec récupération d’énergie [vapeur et électricité] ;
  • TRIADIS Rouen [76] par incinération avec récupération d’énergie ;
  • MTB [38] par recyclage des métaux.

Le montant global de cette opération d’enlèvement des déchets s’établit à : 255 891,50 €.

rapport final de l’intervention

phase 2 - rapport final